Les Doigts d'Or
Bonjour Cher Client ou cher Futur Client!

Passez notre porte et participez dès à présent à nos activités créatrices!
<b>
Vous pouvez postuler et rejoindre notre équipe de banniéristes et couturiers!</b>

Vous pouvez aussi tout simplement vous promener dans nos belles galeries et participer à la vie de l'atelier!

Alors n'hésitez plus et poussez notre porte!

Les Doigts d'Or

Attention ! Ne pas prendre d'images de ce forum sans la permission des créateurs
 
AccueilFAQRechercherGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [RP] Là... je réalise... que tu me fais mal... et que j'adore ça!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Severus Nonrigolus
Le severe, qui s'y frotte s'y pique!
avatar

Messages : 1095
Date d'inscription : 18/04/2010

MessageSujet: [RP] Là... je réalise... que tu me fais mal... et que j'adore ça!   Jeu 3 Fév 2011 - 22:39

Il allait le tuer, c’était certain. Osé. Il avait osé. Il était absent lorsque la reine de Castille et Leon s’était présentée à l’atelier. Et c’était fort heureux qu’une petite boniche se soit trouvée là quand le valet de la reine était entré. Mais lui ! Lui ! Il avait failli. Il avait failli, et il allait payer !

Gigi ! tonna-i-il en poussant une porte, espérant bien trouver là le jeune impudent.

_________________
INDISPONIBLE = je ne réponds PAS aux MPs

un souci hrp => contactez les admins ; souci RP => postez dans le sujet adéquat. Merci.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [RP] Là... je réalise... que tu me fais mal... et que j'adore ça!   Sam 5 Fév 2011 - 1:17

Gigi n'entendit pas tout de suite. Alors qu'il allait ranger un rouleau de velours venu de Venise, il eut un elan de nostalgie.
La mains fine parcourait le tissu magnifique alors qu'il fermait les yeux, se penchant pour en humer l'odeur.
La mama lui manquait, son pays, Milano lui manquait... Et ses amants, ses beaux bruns bien batis aus regards de braise dont les moeurs n'etaient pas les memes que la en France...
Le soleil lui manquait.
La nourriture lui manquait, meme les femmes pleines et généreuses lui manquaient.
C'est cela quand on est exilé, il est des moments ou le passé nous rattrappe... Et c'etait ce jour la qu'avait choisi la reine de Castille pour arriver... Mais ça le milanais ne le savait pas.
Il ferma la porte de la reserve, et s'assit dans la pénombre une main caressant le tissu comme on caresserait la peau d'un etre aimé.
Meme ça ça lui manquait.
La chasteté n'est pas latine, mais comment vivre pleinement ce qu'on est dans un pays ou sont conduits a l'echaffaud les innocents...
Il continuait donc de caresser ce tissu, cette peau qu'il imaginait douce, d'un bel homme, sa langue sur ses levres, il aurait tout donné pour un baiser, une etreinte...
Il soupira profondément, la concupiscence en berne depuis trop longtemps, car un homme d'un coté ou de l'autre ça a des besoins.

Gigi!

La voix le glaca d'effroi. C'etait celle de son maitre.
Non pas qu'il craignait cet homme enfin si, enfin non... Enfin, le Severe etait pour lui un modele, il le vénérait comme un venere un Dieu, eternellement reconnaissant de lui avoir donné cette place. Mais cet homme le méprisait, le maltraitait, mais le coeur de gigi était assez grand pour que cela ne l'atteigne pas. Mais la... il n'allait pas bien.
le coeur battant il ne repondait pas. Repondre ou se cacher ?
Pourrait il se cacher longtemps ?
Tout ce qu'il voulait lui c'est exister...

- Ma...Maestro...

La voix presque etouffée, aléa jacta est.


Revenir en haut Aller en bas
Severus Nonrigolus
Le severe, qui s'y frotte s'y pique!
avatar

Messages : 1095
Date d'inscription : 18/04/2010

MessageSujet: Re: [RP] Là... je réalise... que tu me fais mal... et que j'adore ça!   Dim 6 Fév 2011 - 13:04

Là ! Il était là, ce sale petit … cet être inutile !

La porte claque, lugubre, dans son dos, et il fait face au mignon de l’Italie. La voix aussi claque, sèche et aussi lugubre, alors que le regard noir semble s’obscurcir encore. Severus est en colère.


La reine de Castille et Leon est venue passer commande, Gigi !

De sèche, la voix se fait doucereuse, chargée de menaces. Il fulmine le corbeau des Doigts d’Or, il fulmine à un point tel qu’il ne peut pas crier. Crier n’est pas dans sa nature. Lui, il avilit et humilie.

Je suis ravi de voir que vous vous êtes empressé de la servir…

Et que fait-il ici, le rital ? Pourquoi se cache-t-il dans la pénombre alors qu’il y a tant à faire dans cet atelier ?
Du coin de l’œil, le sombre détaille le playboy. Que faisait-il ici, seul, alors qu’en temps normal il ne se plaisait qu’au milieu des femmes venues arborer leurs nouvelles tenues ?
Ca oui, il leur plaisait aux dames de l’atelier, et grand bien leur fasse ! Au moins ce n’était pas l’italien qui irait corrompre leur vertu ! Elles pouvaient toujours admirer les muscles saillants et la peau diaphane, le regard de braise et le visage de minet, jamais Gigi ne leur cèderait…

Le coin de sa lèvre se retroussa dans un rictus crispé. Il tentait de chasser les images qui assaillaient son esprit, restant focalisé sur sa colère.


_________________
INDISPONIBLE = je ne réponds PAS aux MPs

un souci hrp => contactez les admins ; souci RP => postez dans le sujet adéquat. Merci.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [RP] Là... je réalise... que tu me fais mal... et que j'adore ça!   Mar 22 Fév 2011 - 0:38

D'abord l'ironie, celle qui precede a la colère, puis la violence. Il savait qu'il y aurait droit. Parceque le Sévère était violence derriere son visage pincé.
Gigi ne répondit pas.
A cet instant, il pourrait se laisser battre sans rechigner.
Et pourtant, en fixant les yeux sombres de son maitre il cherchait une lueur, un espoir de comprehension.
Pourquoi maitre ne vois tu pas ma detresse ? Pourquoi maitre ne me console tu pas comme le ferai un pere envers son fils?

Oui avec ces autres maitres Gigi avait toujours eu une relation privilégiée. Pourtant avec Severe c'etait plutot distant, il se parlaient a peine., et ce mépris... c'etait trop pour le coeur généreux de Gigi, cela le rendait encore plus malheureux.

Il devait a tout prix gagner l'affection de son maitre. C'etait un besoin vital.


- Maestro... perdona...

A cet instant, il se jeta au pieds du maitre, saisissant la robe noire la baisant avec dévotion.

- Perdona...
Revenir en haut Aller en bas
Severus Nonrigolus
Le severe, qui s'y frotte s'y pique!
avatar

Messages : 1095
Date d'inscription : 18/04/2010

MessageSujet: Re: [RP] Là... je réalise... que tu me fais mal... et que j'adore ça!   Mar 22 Fév 2011 - 1:10

Il frémit le Sévère. De rage. De colère. Il se contient pour ne pas battre le rital. Il sait que l’homme a plus de force que lui. Mais lui, lui, il a le pouvoir.

La rage, c’est un sentiment qu’il connait, bien. Le dégout, aussi. Et malgré lui, il le dégoute cet homme qui se jette à ses pieds en gémissant. Comment peut on avoir la force brute, et s’avilir ainsi aux pieds d’un autre ?

La rage. C’est la rage qui le fait se pencher et relever son assistant par le col. C’est la rage qui fait frémir ses narines et trembler tout son corps. C’est la rage qui lui donne la force de repousser l’italien contre un mur. Et c’est la rage qui brule dans ses yeux.


Ne demande… jamais… pardon !

Sa voix tremble, et il se déteste pour ça. Il LE déteste pour ça.

Le regard glisse sur le visage de l’italien, le joli cœur de ces dames, le mignon de ces messieurs. Que pouvait-on trouver au corps d’un homme ? Etait-ce ces yeux noirs ? Etait-ce ces lèvres charnues, ou cette impression de sauvage, cette force brute ?

Il ne dit plus rien le corbeau, il cherche ses mots. Dans ses yeux flamboie la haine pure. Mais feu et feu… la limite est si mince à franchir. Et même s’il ne le sait pas, il ne demande qu’à faire le pas.


_________________
INDISPONIBLE = je ne réponds PAS aux MPs

un souci hrp => contactez les admins ; souci RP => postez dans le sujet adéquat. Merci.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [RP] Là... je réalise... que tu me fais mal... et que j'adore ça!   Mar 22 Fév 2011 - 1:33

Ne pas demander pardon ?
Il ne comprend pas le milanais.
Quand il se sent fautif, quand il faute, il demande pardon.
Et cette lueur qu'il cherche dans le regard de son maitre, se transforme en quelque chose d'inquietant, et il angoisse le jeune ephebe.
Ne me hais pas. Je suis a toi, je t'appartiens. Fais de moi ce que tu veux, pourvu que ta colère tombe; pourvu que tu m'aimes apres...

Parcequ'il aime ça gigi, etre le mignon, l'agreable, celui qu'on aime. Tous ces maitres l'ont aimé, pour sa bonne humeur, pour sa disponibilité, pour son travail, mais aussi et souvent pour son corps. Oui Gigi aimait être aimé, recevoir de la part de ses maitres l'honneur d'etre aimés par eux pour ensuite en être protégés, choyés, car il avait besoin de securité, de reconfort.

Il n'avait jamais eu de maitre aussi dur que le Sévère, quoique son père aurait pu rivaliser en violence. Mais derrière les prunelles sombres qui crachaient la haine, Gigi cherchait l'homme.

Peut etre n'etait ce pas la bonne manière, mais c'était la seule qu'il connaissait l'ephebe pour se faire aimer. Plaqué contre le mur il lance un regard implorant au maitre, sa main attrape le bras qui lui etreint la gorge, le caresse, s'en defait sans quitter le maitre du regard.
A nouveau, et sans cette fois demander pardon, il se laisse glisser a genoux, il sait, il sait pour avoir fait ce geste tellement de fois, que c'est la clé a tous les maux.
Les mains remontent les jambes du maitre, se glissent sous la robe pour la remonter avant de tirer sur les collants, et la bouche s'avance.

Vois comme je te suis soumis, vois comme je te vénère...

Ce n'est pas sale, c'est normal, naturel, entre un maitre et son disciple. C'est ce qu'il a toujours appris. C'est comme il a toujours fait la bas, a Milano. De la main libre il saisit la main nerveuse et la pose sur le cuir de son crane.

Prend le pouvoir et aime moi.
Revenir en haut Aller en bas
Severus Nonrigolus
Le severe, qui s'y frotte s'y pique!
avatar

Messages : 1095
Date d'inscription : 18/04/2010

MessageSujet: Re: [RP] Là... je réalise... que tu me fais mal... et que j'adore ça!   Mar 22 Fév 2011 - 14:09

Dans un premier temps, il est trop surpris pour réagir. Dans un deuxième temps… il est trop surpris pour réagir.
La main dans les cheveux clairs reste inerte, passive.

Il n’aime pas les hommes. Il n’aime pas les femmes. Séverus NonRigolus n’aime personne, pas même lui-même. Le corps des femmes le dégoute, les rondeurs le dégoutent, la mollesse le dégoute. Leurs mamelles, qu’elles soient lourdes ou minuscules, lui soulèvent le cœur. Il déteste les toucher.
Quand il était intendant d’un bordel, il savait ignorer les corps nus et offerts, l’inutile générosité des gestes et des formes. Il savait les utiliser pour ce qu’elles étaient, un déversoir à humeur. Il ne les regardait pas, et elles le lui rendaient bien. Le nez dans le plumage de l’oreiller, elles savaient tendre leur croupe et rester immobile les quelques minutes que lui prenaient sa petite affaire.

Il n’aimait pas les hommes. Leur force brutale l’avait toujours effrayé. Il se savait fluet et faible face à eux. Même face au rital aux mœurs vicieuses, il se savait incapable de lutter. Il n’aimait pas les hommes et leurs muscles durs, il n’aimait pas les observer lorsque ces derniers roulent sous leur peau. Il n’aimait pas les hommes et la fermeté de leur regard. Il n’aimait pas les hommes et leur aisance, et leur familiarité. Il n’aimait pas les hommes. Il n’aimait pas Giovanni Casanova et le galbe de son corps. Il n’aimait pas son regard effrayé lorsqu’il croisait le sien, il n’aimait pas les yeux verts qui lui lançaient un regard implorant, il n’aimait pas ces mains qui le touchaient. Il n’aimait pas cette langue qui le caressait, il n’aimait pas les hommes.

Mais il aimait le pouvoir qu’il avait sur lui. Il aimait sentir ces gestes qui l’avilissaient, il aimait sa soumission. Il aimait le dominer ainsi.
La main se crispa dans les cheveux, accompagnant chacun des gestes, jusqu’au râle ultime, jusqu’à l’explosion dans la bouche caressante. Les yeux mi-clos, il savoure le plaisir incomparable de la domination absolue sur un être.

Puis il le repousse, fortement, réajustant sa tenue.


Ne fais plus jamais ça !

Se rend-il seulement compte que ses yeux disent le contraire ?

Il sort, il quitte la pièce, il en oublie sa colère à l’égard de son assistant pour sa négligence ultime, pour son inqualifiable absence auprès d’une tête couronnée. Il sort, et il regagne son antre, sa salle des coffres. Il faut qu’il compte. Voila, il faut qu’il compte.


_________________
INDISPONIBLE = je ne réponds PAS aux MPs

un souci hrp => contactez les admins ; souci RP => postez dans le sujet adéquat. Merci.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [RP] Là... je réalise... que tu me fais mal... et que j'adore ça!   Mar 22 Fév 2011 - 23:03

Et la il est dans son élément le milanais.
Ce geste, il l'a fait tant de fois. Il y a pris plaisir, en a donné plaisir, et parfois il l'avait juste fait par habitude, pas depit ou simplement parceque c'est l'une des choses qu'il savait faire...
A ce moment il ne pense a rien, il prodigue le plaisir. Les paupières closes, le souffle court, il fait ça bien, au souvenir des gifles et des coups qui avaient forgé son habileté, au souvenir des râles, des gémissements et des cris de jouissance, au souvenir des larmes, au souvenir du désir, au souvenir de la violence des pulsions.
Il s'attendait a plus de résistance, a un rejet auquel il aurait résisté, a des coups, a des doigts crispés sur les cheveux tirés, mais rien. Le maitre restait tranquille, sans doute choqué, mais non pas moins consentant.
Et il arrive, comme les autres , il est tellement homme, et Gigi a cet instant tellement soumis qu'il efface les traces du plaisir aussitot.

Il est repoussé brusquement mais a son sens, il manque pourtant quelque chose.

Ne fais plus jamais ça !

Il pourrait sourire le milanais, mais il est compatissant. Il sait la violence du désir refreiné, celui dont on essaie de se convaincre qu'il n'existe pas. Celui qu'on rejette violemment.
Mais pourquoi fuit il ? Pourquoi ne laisse t'il pas son désir s'exprimer ?
Pourquoi me rejette tu ?
Il est un paradoxe que l'on ne comprend que quand l'on est Gigi.
Les coups sont pour le milanais autant de preuves d'affection et de désir. Les violences sont autant de préliminaires que de declarations sourdes. Un rempart a sa propre culpabilité, un fait normalisant.

Alors il se releve et emboite le pas au maître. Peut etre n'en a t'il pas fait assez, peut etre lui a t'il déçu...


- Maestro...

Le bras nerveux attrape celui du maitre.
Regarde moi et remet moi a ma place.
Revenir en haut Aller en bas
Severus Nonrigolus
Le severe, qui s'y frotte s'y pique!
avatar

Messages : 1095
Date d'inscription : 18/04/2010

MessageSujet: Re: [RP] Là... je réalise... que tu me fais mal... et que j'adore ça!   Mar 22 Fév 2011 - 23:31

Je… Laisse moi !

Il ne supporte pas ça, non, il ne peut pas. Ce contact sur son bras le hérisse.

Sait-il que ce n’est pas le dégout mais le désir qui lui donne la chair de poule ainsi ? Certes non.

Il repousse la main qui le touche. Personne ne touche Severus NonRigolus. Personne n’aime Severus NonRigolus. Severus NonRigolus est juste une tâche, une tare, un avatar d’un esprit inutile. Personne ne se préoccupe de Severus NonRigolus, et pendant ce temps, Severus NonRigolus accroit sa richesse.

Le regard s’étrécit et il le repousse plus fort. Il faut qu’il repousse cette envie, qu’il nie cette chose horrible qui est en train de se produire dans son ventre. Qu’il ferme son esprit à cette vilenie. Qu’il repousse loin de lui l’hérésie.

Severus NonRigolus n’est pas un bougre.


Ne me touche pas !

S’il est troublé ? Mais regardez plutôt cet air hagard, ces yeux troubles. Cette main tremblante, qui peine à repousser celle de l’italien, comme si elle voulait plutôt la garder avec elle. Cette lueur qui flamboie dans les prunelles noires, qu’est-ce ? Et ce souffle haletant, si près, si proche de l’italien, qu’est-ce ? Cette tocante dans sa poitrine, qu’est-ce ?

De la haine pure. Il en est persuadé. De la haine à l’état pure et absolument pas un trouble profond. N’est-ce pas, Sévère ?


_________________
INDISPONIBLE = je ne réponds PAS aux MPs

un souci hrp => contactez les admins ; souci RP => postez dans le sujet adéquat. Merci.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [RP] Là... je réalise... que tu me fais mal... et que j'adore ça!   Mer 23 Fév 2011 - 20:33

Qui a mal ? Qui est agité ? qui a peur du désir ? c'est toi maître.
Parceque je suis Gigi, parceque des maître j'en ai eu avant, parceque des gigi tu n'en as jamais connu, tu as peur, c'est normal.

Mais pourquoi ne fais tu pas comme eux ? Pourquoi ne laisse tu pas exploser ta rage ? M'invites tu ? Me veux tu ?

Le milanais pourrait sourire. Mais il n'en fait rien. Il ne comprend pas, cherche a cerner son nouveau maître. Peut etre a t'il franchi un palier, peut etre n'attise t'il plus autant la haine destructrice qui lui a valu tant de coups au point qu'il en est venu a les aimer, a en faire une partie de son plaisir a lui.
Alors inconsciemment l'italien joue la provoque.


- non mi odiano maestro... Non mi odiano...

Alors qu'il se rapproche, se fait sensuel mais implorant, attrapant la manche du maitre, il lui sussure les mots, implorant de ne pas le hair, alors qu'il n'en attend que les manifestations.

Une nouvelle fois il se soumet, tombant a genoux alors que cette fois il ceint de ses bras la taille du maitre, lui imposant le contact qu'il sait le répugner.

Hais moi pour mieux m'aimer maitre...
N'essayez pas de comprendre.
Revenir en haut Aller en bas
Severus Nonrigolus
Le severe, qui s'y frotte s'y pique!
avatar

Messages : 1095
Date d'inscription : 18/04/2010

MessageSujet: Re: [RP] Là... je réalise... que tu me fais mal... et que j'adore ça!   Mer 23 Fév 2011 - 21:32

Il le dégoute. Il le dégoute avec ses gémissements et ses plaintes, avec ses soupirs et ses supplications. Il le dégoute.

Il repousse à nouveau fortement la main, mais voila que le milanais s’agenouille, à nouveau, réveillant la douleur dans le fond de son ventre et la rage au fond de sa poitrine.
C’est la rage qui le fait saisir le rital au col, la rage qui le fait le relever, le secouer. Le pousser.
Il va comprendre, le sale petit cloporte, il va finir par comprendre qui commande ici. Qui est l’homme ici, et qui n’est qu’un sale petit rat servile et puant.
Il se comporte comme une femme ? Qu’il en assume les conséquences.

C’est la rage encore qui le fait pousser contre le mur, face au mur.
Oui, il va comprendre, il va prendre.

Il a les yeux fous, le Sévère, il a des flammes dans le fond des prunelles. Ca luit et ça danse, c’est brutal, c’est bestial, c’est primaire.
Il a la rage dans les yeux, et de sa main libre, il tire sur les vêtements de son assistant, de sa main libre, il libère des siens sa folie dressée, comprimée depuis trop longtemps.


_________________
INDISPONIBLE = je ne réponds PAS aux MPs

un souci hrp => contactez les admins ; souci RP => postez dans le sujet adéquat. Merci.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [RP] Là... je réalise... que tu me fais mal... et que j'adore ça!   Dim 27 Fév 2011 - 0:20

Et il obtient enfin ce qu'il veut le milanais.
L'asservissement, l'ultime soumission sur fond d'humiliation.
Fais moi mal, j'aime ça et toi aussi.
Il ravale un gémissement. Il en a connu des plus violents, mais la il y a déjà de quoi le faire partir.
Il ne résiste pas, se laisse balancer contre le mur comme une poupée de chiffon l'excitation le gagnant enfin.


- Si maestro... Si ...

Ce seront les mots qu'il sussurrera le visage contre le mur, passif, en attente de la souffrance du rapport brut, celui la meme qui lui procure des sensations.
Il sait qu'apres les choses ne seront plus les mêmes entre lui et le maître, il ne sera plus la même larve, le pouvoir est tellement relatif...
Revenir en haut Aller en bas
Severus Nonrigolus
Le severe, qui s'y frotte s'y pique!
avatar

Messages : 1095
Date d'inscription : 18/04/2010

MessageSujet: Re: [RP] Là... je réalise... que tu me fais mal... et que j'adore ça!   Lun 28 Fév 2011 - 23:19

You know that I want you
And you know that I need you
I want it bad
Bad and bad


Il ne se débat pas, il ne crie pas, il semble déjà l’attendre.

Tu vas voir ! Tu vas voir qui commande ici ! Qui est le maitre, et qui obéit ! Oui, tu vas voir, sale petit rital ! Sale bougre ! Tu vas voir ce qui va t’arriver !

I want your ugly
I want your disease


La folie est libérée, le corbeau ne sait plus vraiment ce qu’il fait quand il investit le corps de son assistant.
C’est fort, c’est brutal, même, comme assaut, même pour un italien psychologiquement prêt à l’idée. Même pour un corbeau rongé par la haine. Surtout pour un corbeau rongé par la haine.
L’amour, la haine, hein…

I want your everything
As long as it’s free


Il s’engouffre plus qu’il ne s’immisce, il plaque l’italien au mur, de tout son faible point. Au fond de lui, il doit bien savoir que s’il le voulait, son assistant pourrait se dégager de lui en un geste ou deux, mais qu’il ne le veut pas. Au fond de lui, il doit bien le savoir, oui. Mais il préfère l’ignorer, allez savoir…

I want your love
Love-love-love
I want your love


Malgré lui, ses mains remontent sur les bras de son assistant, se posent sur les seines, s’y entrelacent sous prétexte de vouloir les retenir contre le mur.

I want your drama
The touch of your healing


Qu’importe ce qu’il adviendra. Il le possède. Il est à lui. Il est le maitre.

I want you leather-studed kiss in the sand
And I want your love


Les mains quittent leurs jumelles passives, et viennent se poser sur les hanches étroites. L’étroitesse des hanches, et la fermeté de leur fessier, voilà ce qu’il manque aux femmes.

I want your loving
And I want your revenge
You and me could write a bad romance


Les mains agrippent fermement les hanches, s’y crispent même, alors qu’avec lenteur, un peu de recul est pris, avant de revenir brusquement se ficher à la place qu’il n’aurait pas du quitter.
Seigneur, que suis-je en train de faire ?

I want your horror
I want your design


A nouveau, le geste est répété, il s’engouffre au plus profond, il faut qu’il sente, qu’il le sente, que c’est lui, lui et personne d’autre, c’est lui le maitre.

‘Cause you’re a criminal
As long as your mine


Le mouvement est répété encore, plus rapidement, plus avidement. Pressant. Il est sien, définitivement sien. Il le possède.

I want your psycho
Your vertigo schtick


Bien sur que c’est une histoire de possession et de domination. Il ne s’agit que de ça. De montrer à ce bougre aux allures de pucelle qui était le maitre en ces lieux. Lui, lui, lui, et personne d’autre.

Want you in my bedroom window
Baby it’s sick


Il va et il vient, maintenant, rapidement, brusquement, et le rital est à lui oui, à lui ! Et il lui sera soumis dorénavant, parce que c’est lui le maitre, regardez le il se laisse faire, il me laisse faire, il me laisse aller et venir ainsi, il me laisse le fouailler, il me laisse…

Pardonne moi Seigneur, parce que c’est si bon…

Dans un râle, l’homme le plus sévère du monde, l’homme craint par les femmes et détesté par les hommes, ou bien l’inverse, dans un râle, Severus Nonrigolus jouit plus fort qu’il ne l’a jamais fait, et découvre sa bougrerie, il nez dans l’épaule de son assistant.

I want your loving
And I want your revenge
You and me could write a bad romance…

_________________
INDISPONIBLE = je ne réponds PAS aux MPs

un souci hrp => contactez les admins ; souci RP => postez dans le sujet adéquat. Merci.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [RP] Là... je réalise... que tu me fais mal... et que j'adore ça!   Dim 6 Mar 2011 - 20:21

I'm you biggest fan
I'll follow you until you love me...

Il obtient ce qu'il désire le milanais qui se retrouve contre le mur alors que deja la chaleur de la proximité du maitre l'emoustille d'avantage, et il gémit.
Il aime cette etreinte brutale, il aime se soummettre a cette force que pourtant il pourrait renverser, il aime se savoir forcé alors qu'il n'est que consentement.

Les mains du maitre lui font l'honneur de l'effleurer, le toucher, et il frissonne, sussure...


- Maestro... si

Il l'encourage plus encore alors que les mains se crispent sur ses hanches avant de le posséder enfin.
Enfin le milanais mélancolique retrouve les etreintes qui on fait de lui un homme, cet homme.
Alors il gémit, comme un animal blessé alors qu'il ne souffre que de plaisir, se soumettant encore plus . Ses chairs le brulent autant qu'elles distillent en lui luxure.Et il gémit autant que le maitre rale, plaintivement, murmurant entre ses dents des mots.
..

- vi appartengo... Maestro...

Il sait qu'il ne doit pas parler, mais il le fait, il veut accentuer l'intensité de l'ébat. Il le veut en lui, au plus profond, de toute la brutalité dont il est capable.
Il se fait docile, esclave, il pourrait se soumettre a toutes les volontés de son maitre sans contrepartie.


Promise I'll be kind
But I won't stop until that boy is mine...

Parcequ'il ne le sait pas Sévère, aliéné au plaisir, il est au milanais autant que celui ci se soumet.
Drole de relation, drole de rapport, tout est dans l'illusion, et a cet égard, le milanais semble bien moins innocent qu'il n'y parait.
Il sent au fond de lui la jouissance du maitre et le visage contre la pierre froide il sourit avant de gemir du plaisir coupable qu'il vient de prendre.
Il sait que le maitre voudra fuir, fuir l'acte qu'il vient de faire...
Il sait qu'aux yeux du maitre il n'a pas droit au plaisir. Mais il joue le milanais gémissant comme une pucelle qui aurait eu son premier orgasme.
Il joue autant qu'il jouit le milanais qui n'est plus que souillure.



Let's play a lovegame,
Do you want love?
Are you in the game ?

Revenir en haut Aller en bas
Severus Nonrigolus
Le severe, qui s'y frotte s'y pique!
avatar

Messages : 1095
Date d'inscription : 18/04/2010

MessageSujet: Re: [RP] Là... je réalise... que tu me fais mal... et que j'adore ça!   Dim 6 Mar 2011 - 23:31

Il ne dit rien, il ne dit plus rien, il reste fiché là, le nez dans son épaule, le nez dans son odeur, le nez dans l’odeur de leurs deux corps, il ne dit rien.
L’instant lui a ôté toute volonté, parce que c’est si bon, c’est si bon de se faire mal ainsi, c’est si bon de se sentir encore un peu en lui, de ne pas bouger, d’être là.

C’est si bon, et si… sale !

Horrifié, le corbeau de l’atelier se dégage, repoussant avec dégout son assistant, réajustant tant bien que mal ses robes.
Un doigt accusateur est pointé vers le rital. Et une phrase, crachée.


Ne… Ne parle jamais de ça ! Jamais !

N’en parle pas, non, jamais…
Mais le ver est dans le fruit, n’est-ce pas ? Le Sévère vient de découvrir des plaisirs interdits, et si ce qu’il ressent lui fait horreur, c’est parce qu’il a aimé ça. Il a aimé l’étreinte masculine, virile, il a aimé se perdre au fond de l’italien, il a aimé son odeur et le sentir venir contre lui, il a aimé jouir en lui, il a aimé l’entendre gémir et soupirer en italien.
Il s’est même demandé un court instant si lui aussi aimerait ça, d’être entre les bras puissants. Une fraction de seconde. Et c’était cela, plus que tout, qui l’avait terrifié.


JE NE SUIS PAS UN BOUGRE !

La phrase est presque criée, comme un défi, et le corbeau quitte la pièce d’un pas rageur.

_________________
INDISPONIBLE = je ne réponds PAS aux MPs

un souci hrp => contactez les admins ; souci RP => postez dans le sujet adéquat. Merci.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [RP] Là... je réalise... que tu me fais mal... et que j'adore ça!   Dim 20 Mar 2011 - 5:34

Non Maitre... tu n'es pas un bougre... Tu es un homme, mon homme.
Le milanais sent un courant d'air contre sa croupe encore tendu alors qu'il s'agrippe toujours contre le mur froid.

A qui pourrait il en parler ? Il sait trop bien le charme des secrets.
Il aime les oeillades qui en resulteront, ce petit air inquiet qu'il lira dans le regard alors qu'il ondulera des hanches pour encore allumer ce desir refoulé, pour obtenir les etreintes interdites.

Le maitre est dans ses filets, et le milanais, un sourire repu aux levres, remonte ses fripes et se laisse glisser contre le mur non sans avoir grimacé légèrement.
Le maitre cachait bien son jeu, il n'en avait pas l'air comme ça mais il était vigoureux, fort et de ses assauts le milanais devait certainement avoir des marques qui prendraient couleur plus tard.

Il ressentait encore dans son ventre la présence de l'homme pour qui il pourrait se faire esclave. Il savait s'arrêter, mais il en voudrait encore.
Le plaisir c'est comme une drogue. Et l'addiction, il en avait besoin, pour se sentir en confiance, en securité, protégé par un maitre auquel il prodiguerait toutes les caresses qu'on lui ordonnerait.
Parcequ'en plus d'etre un bougre, Gigi etait un bougre soummis, son plaisir ne resultant que de l'humiliation qui selon lui cachait les sentiments les plus chaleureux.

Le milanais laissa une main nonchalente caresser son torse, alors que les images du visage coléreux du maitre lui revenaient, et la main doucement se glissa la ou il ya quelques instants la chaleur était montée, allant et venant frénétiquement, lentement, puis rapidement, vigoureusement, serrant, frottant comme il avait appris a le faire, alors que les yeux fermés il ressentait encore les coups de boutoirs dans son fondement, et encore une fois, dans un gémissement non étouffé cette fois, le milanais se souilla une fois de plus de plaisir, en pensant dors et déjà au meilleur moyen de reitérer l'experience avec le maitre.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [RP] Là... je réalise... que tu me fais mal... et que j'adore ça!   

Revenir en haut Aller en bas
 
[RP] Là... je réalise... que tu me fais mal... et que j'adore ça!
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Doigts d'Or :: [RP] Atelier, Saint Germain des Champs, Bourgogne :: Archives-
Sauter vers: