Les Doigts d'Or
Bonjour Cher Client ou cher Futur Client!

Passez notre porte et participez dès à présent à nos activités créatrices!
<b>
Vous pouvez postuler et rejoindre notre équipe de banniéristes et couturiers!</b>

Vous pouvez aussi tout simplement vous promener dans nos belles galeries et participer à la vie de l'atelier!

Alors n'hésitez plus et poussez notre porte!

Les Doigts d'Or

Attention ! Ne pas prendre d'images de ce forum sans la permission des créateurs
 
AccueilFAQRechercherGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [RP] Nativité et Sabotage Industriel.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: [RP] Nativité et Sabotage Industriel.    Sam 3 Déc 2011 - 1:07

Décembre. Ce jour là, Keridil d'Amahir, fier papa depuis quelques jours, avait du se rendre en hâte à Seignelay où Della ne pouvait se rendre. Bourgogne oblige, le Baron de Montpipeau s'était octroyé un petit détour par l'Atelier des Doigts d'Or, puisqu'une femme délivrée est une femme qui risque de perdre ce ventre, et à qui il faudra - encore et encore - de quoi se vêtir.
La période de la Saint Noël approchant, la coutume germanique du sapin étant chaque année observée dans le ménage Amahir, l'on se plaisait à échanger présents et cadeaux.

L'évidence même : une robe, un voile, des souliers, des bijoux, des senteurs exotiques, et tant d'autres choses qu'offraient, à la chaîne, Paris. En revanche, le savoir-faire ne se trouvait que dans l'antre de la Des Juli.
Alors qu'il se promenait dans les couloirs, détendu, sa canne en main, et un peu moins claudiquant que d'habitude - l'humeur jouant beaucoup - le brun admirait et mirait les robes de la collection de saison : chaudes et ornées de fourrures. L'on voyait même çà et là quelques extravagances : des coiffes pointues sorties d'un univers de Contes, que par ailleurs, Della aimait particulièrement.
Les yeux se délectent, les sens sont en éveil, et une odeur de cannelle flotte dans l'air alors que l'on chantonne innocemment quelques cantiques religieux.

L'ébène claquant au sol rythme les pas du Grand Ambassadeur Royal de France, qui ne regarde pas même où il met les pied, ou au moins le seul encore parfaitement en marche.

C'est alors...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [RP] Nativité et Sabotage Industriel.    Dim 4 Déc 2011 - 3:04

Nao faz mal !

Toh ! Et là, c'est un Keri Keri tout fier qui se dresse sur ses trois jambes !
N'oublions pas que le bougre est Grand Ambassadeur Royal, et qu'en cela, il se démerde pas trop mal en langues étrangères. L'anglais est une seconde nature, le teuton est une chose qu'il n'aime pas, mais pour ne pas aimer, il faut connaître, et le portugais, il l'apprend au contact d'un Ambassadeur bien présent et assez bavard.
Se voir capable de comprendre les paroles de la bécasse qui vient de lui foncer dedans le réjouit d'une façon, pouvoir y répondre est mieux encore.

C'est ensuite à ladite bécasse qu'il s'intéresse. Clarinha, ombre de la rombière Royale dont il apprit, avec un peu de peine, le trépas.
La pauvre enfant semble un peu sur les nerfs, et d'abord, le Baron reste un peu pantois.
Ensuite, il aperçoit les tissus et le travail qui gît au sol. Observateur et courtois, il s'en va les ramasser, tout en y jetant un oeil qui devient avisé à force de traîner dans ce couloir.
Enfin, il a l'éclair de génie.

Senhora, posso ver o seu trabalho ?

Et histoire de voir si la bougresse maîtrise le français...

Et ne vous mettez pas dans de tels états...que vous arrive-t-il ? Pleurer pour si peu, non vraiment, non.

Avec un air de : racontez-moi vos chagrins, je serais ravi d'y trouver une solution.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [RP] Nativité et Sabotage Industriel.    Dim 4 Déc 2011 - 4:25

['Foiré ! me faire bosser mon portugais comme ça, vilain méchant !]

La surprise de m'entendre parler en portugais, quoique l'accent n'y fût pas, m'étonna tant que j'arrêtai instantanément de pleurer. Seuls les vestiges des larmes sur mes joues et dans mes yeux gonflés en témoignaient désormais, et ma bouche entrouverte, de ma stupeur. J'étais si déconcertée que je ralentis mes mouvements pour ramasser mon ouvrage. Il avait tapé dans le mille, en matière d'émotions contradictoires, le Maître de cérémonie !
Je déglutis, rassemblai mes esprits, toujours à terre, le temps comme suspendu.


-« O senhor pode todo perguntar-me... »

Cette phrase, combien de fois l'avais-je dite, allongée sur ma couche, à ceux qui contemplaient mon corps en se demandant comment ils rentabiliseraient l'heure qu'ils payaient pour ma compagnie.
Je clignai des yeux, pris des bras du Baron ce qu'il avait ramassé pour moi, et me relevai lentement. L'autre question, désormais... La réponse était bien moins spontanée, bien moins habituelle, bien moins assurée.


-« Tenho muito trabalho... e jà não tenho tempo para viver. Eu já não pode criar o que eu quero. Eu quase não durmo, porque de toda esta costura... »

Le dire en portugais, alors que rien ne garantissait que sa connaissance de la langue allât jusque là, m'était un soulagement ; j'espérais qu'il ne comprendrait pas, qu'il n'eût fait qu'endosser le rôle de l'oreille compatissante, de l'ami invisible, du thérapeute : l'important n'étant pas que quelqu'un entendît véritablement, seulement que quelqu'un écoutât ; qu'on le dît. Je souris ensuite, faussement, comme si ce que je venais de dire n'était qu'un détail. Je souriais, mais mes yeux brûlaient encore des larmes salées que j'avais un instant versées. Il n'en faut pas beaucoup.

-« O Senhor quer ver estos vestidos ? Ou minha mesa de costura ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [RP] Nativité et Sabotage Industriel.    Ven 9 Déc 2011 - 18:27

S'il ne prétendit pas tout saisir, l'Amahir entendit l'idée générale des malheurs de la jeune femme.
Travail beaucoup et pas le temps pour vivre. Peut pas faire ce qu'elle veut. Dort quasi pas. Trop de couture.
Les langues latines ont ce merveilleux privilège de proximité, de compréhension mutuelle.

L'idée de décharger la portugaise d'un peu de travail lui vint à l'esprit. N'avait-il pas ourdi l'idée de trouver une solution à son chagrin ? Elle se profilait un peu plus à chaque "R" roulé.
Le sourire se fit diplomate, intéressé, et moins sincère.

Je prendrais volontiers le temps d'observer vos travaux, si vous permettez que l'on ne se limite pas aux catalogues.

Audacieux, mais puisque son rang lui permettait quelques égarements, le brun Baron prit le bras de la couturières et il se laissa guider, alors, jusqu'à son atelier.

Dites-moi, Clarinha, pensez-vous travailler aux Doigts d'Or toute votre vie ?

Exit le portugais, cela demandait un effort que le boiteux Montpipeau n'avait plus envie de fournir. La lassitude le prend vite, c'est un homme, non pas d'action, mais de l'immédiat. Sorte d'impatience...et d'imperfectionnisme.
Et il fallait, dans une certaine mesure, mesurer la patience, nécessaire elle, de l'étrangère.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [RP] Nativité et Sabotage Industriel.    Mar 13 Déc 2011 - 18:27

J'étais déroutée bien que flattée par l'attitude du Baron ; il s'intéressait avec bien de la sincérité pour ma couture, non uniquement comme produit fini, mais aussi comme processus - s'il fallait employer de barbares perspectives. Disons que les femmes m'avaient souvent habituée à se pencher de près sur mon ouvrage, tandis que les hommes s'étaient intéressés à ma personne - mon sourire parfois, mon con le plus souvent. La seule femme, à la vérité, qui s'était intéressée à ma personne, cela avait été la rombière Jehanne de Cassagnes-Begonhès, lorsqu'elle était venue me tirer de mon trou pour m'instituer sa servante.
Il y avait moins de fausse bienveillance et plus d'énigme dans l'attitude du Baron de Montpipeau, où je reconnaissais pourtant quelques signes qui ne trompaient pas... Celui d'un inspecteur des travaux finis, celui d'un chasseur de talents, celui d'un mécène exigeant.
Alors que je le menai à l'atelier, peu animé en cette fin de journée, je répondis maladroitement :


-« Ça faut bem vivre et trabalhar, senhor, e não tenho oum endroit para viver, hors do Atelier. Não tenho o choix. »

Je songeai à Attia qui m'inspirait tant, que j'avais placée sur un piédestal, n'imaginant jamais arriver à sa cheville en terme de réussite sociale. Elle était revenue de si loin, la Gitane pillarde... Certains avaient murmuré qu'elle aurait pu recevoir un titre ! Vivre loin d'elle ? Je ne m'étais pas même posé la question. On s'était habitué, dans l'atelier, aux babillages de Livia...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [RP] Nativité et Sabotage Industriel.    Dim 25 Déc 2011 - 19:02

Hmm Hmm.

Acquiescement sans vraiment s'intéresser à ses dires, la pauvre.
L'oeil du mécène en herbe était à l'affût, et ses ouïes en jachère. Arrivé à l'atelier, il n'en fallut guère pour que son choix soit fait, et il décida d'y aller sans détour et en Français.

Mademoiselle, votre talent mis au service du premier bourgeois venu, c'est du gâchis. N'avez-vous jamais pensé à être mécénée ? Appartenir à une Grande Maison ?
Si vous étiez attachée à ma personne, je puis vous garantir que vous auriez non seulement gîte et couvert, mais aussi quelques gages et une grande liberté de travail.

Si vous travailliez pour moi...Tututu.

Oh mais j'y pense, n'est-ce pas là une idée admirable ? Qu'en dites-vous ? Mon épouse serait ravie de vous accueillir à la Saint Noël, si vous l'acceptiez, mais...il vous faudrait quitter les Doigts d'Or.

Bah vi...et débaucher une couturière, c'est passible d'un bannissement ad vitam.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [RP] Nativité et Sabotage Industriel.    Mar 27 Déc 2011 - 0:59

L'audace du Baron souffla mes dernières capacités. Je levai les yeux pour chercher dans son regard des signes de moquerie, je n'en vis point. Il avait été très rude à me dire que j'avais gâché ma vie à me mettre au service de Jehanne de Cassagnes-Begonhès, alors qu'elle m'avait tiré de mon enfer rouge, alors qu'elle n'était rien moins que grand-mère de Reine, et que j'aurais bien été en mal de juger mal cette personne qui, à l'époque, m'avait semblé un ange de bonté et de noblesse descendu du firmament. Bien entendu, elle avait des défauts, et avait eu des mots durs pour moi. Bien entendu, j'avais été dans son ombre, mais qui ne l'aurait pas été, dans le sillage d'une grand-mère royal, aussi envahissante de caractère que de corps ?
Avais-je mal compris les mots du Baron ? Pourtant, persévérer en disant qu'il me fallait désormais servir une Grande Maison ne pouvait que me conforter dans ma compréhension. J'avais cousu pour la Reine, et au service de sa grand-mère, alors ! Le dernier maître que j'avais eu avait été le plus illustre qui fût.

Je ne vis pas de moquerie dans ses yeux. Il y avait quelque chose de sérieux et déterminé. Je détournai mon propre regard, honteuse en vérité ; oui, j'avais encore un maître, et c'était Attia. Était-ce elle, qu'il traitait de "première bourgeoise venue' ?
Je pinçai mes lèvres... Je lui montrerais qu'Attia n'était pas quiconque pour moi ; qu'Attia serait mon sésame, et que tout Baron qu'il fût, il n'aurait rien qu'elle ne lui eût accordé. Je n'étais, du reste, pas capable d'autres mots :


-"Eu não posso partir sem que a Attia dit oui."

Quelques vestiges de français dans une phrase où ma lusophonie, à la faveur de mon émotion, reprenait ses droits...
Revenir en haut Aller en bas
Attia.
Alter Ego de Dieu sur terre
avatar

Messages : 4868
Date d'inscription : 28/07/2009

MessageSujet: Re: [RP] Nativité et Sabotage Industriel.    Mer 28 Déc 2011 - 10:18

Loin de se douter de ce qui se tramais pour l'instant a son insu, la gitane goûtait quelques instants de solitude dans ce qui était à présent son si peu actif atelier.
En effet , hormis les layettes et autres fripes qu'elle bricolait a la va vite pour sa petite Livia, la Des Juli n'avait guère eu l'occasion d'exercer son talent à d'autres réalisations plus glorieuses.
Elle se convainquait au fond d'elle même qu'il n'y avait rien de plus beau que d'être mère et qu'habiller sa fille était bien plus gratifiant qu'habiller duchesses et marquises, bien sur...

C'est les doigts pleins de mélancolie qu'elle caressait les tissus les plus chatoyants que le Sévère prenait toujours soin de lui laisser juste au cas ou.
Elle venait de dessiner deux patrons. L'un pour elle, l'autre pour Azkaban. Il leur faudrait des vêtements chauds et solides s'ils espéraient prendre la route et survivre a l'hiver, de plus elle allait devoir prévoir extensible en ce qui la concernait, bientôt elle arborerait a nouveau un ventre bien arrondi.

C'est alors qu'elle éternua. L'on devait parler d'elle, a moins qu'elle ne couva un rhume ce qui serait moins drôle.

_________________

En attente de la creation du Culte Attiléen !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [RP] Nativité et Sabotage Industriel.    Ven 30 Déc 2011 - 11:00

Allons donc voir Attia !

Et c'était parti. Bien sur, l'Amahir se rendit assez vite compte qu'il n'avait aucune idée du lieu où la Des Juli se retirait pour régenter son Empire de la Mode, et en cela, Clarinha fut probablement d'une aide précieuse.
Ainsi, la Salle du Trône - ou équivalent bourgeois - apparaissait aux yeux du Baron de Montpipeau : une petite porte, un bureau ou peut-être une antichambre, elle devait être là.

L'on frappa. Politesse, tout de même, même chez "le premier bourgeois venu".

Bien sur, l'on imagine aisément qu'il ne patienta point longtemps avant d'être invité à entrer. Il ouvrit la porte lui-même - si si c'est important - et avisa Dieu, non d'une prière, mais d'un hochement de tête perceptible et discret.


Maître ! Quel plaisir, quel ravissement que de vous revoir ! Vous êtes si Juli. Si votre ramage se rapporte à votre plumage, vous êtes le phénix des hôtes de ces bois.

Keridil sera plagié quelques siècles plus tard, comme toute grande star.

Mais ne vous levez pas, je vais m'asseoir.

Outrecuidance ?

Je viens vous parler affaire, très chère. Je souhaite acquérir l'un de ces bijoux que seuls les Doigts d'Or peuvent créer.

Suspense.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [RP] Nativité et Sabotage Industriel.    Ven 30 Déc 2011 - 12:09

J'entrai à la suite du Baron, tête baissée. J'avais ployée dans une discrète révérence face à Attia. Elle m'avait tant appris, l'art des patrons, qui ne s'invente pas, contrairement au point de croix ! Elle avait toujours été mon idole, elle était sur un éternel piédestal, et j'avais l'impression de commettre un sacrilège, de m'enhardir à espérer travailler ailleurs, loin de son oeil divin, loin de sa main bienveillante, loin de ses hanches de mère, de femme, de déesse.
Je regardais mes pieds. C'était encore le mieux. Attitude servile qui me seyait tant !
Revenir en haut Aller en bas
Attia.
Alter Ego de Dieu sur terre
avatar

Messages : 4868
Date d'inscription : 28/07/2009

MessageSujet: Re: [RP] Nativité et Sabotage Industriel.    Lun 2 Jan 2012 - 3:57

Le sourcil se hausse. Dans la surprise elle s'est piquée le doigt, mais ça a force... Elle ne le sent plus.
Le baron elle ne l'avait plus revu depuis un moment, depuis la semaine de la mode semble t'il et son entrée élogieuse et légèrement extravagante la laissa perplexe.
Poliment elle se leva. Elle n'était somme toute que roturière.


- Mais faites comme chez vous Baron...

Lorsqu'il se fut assis elle s'assit a son tour, son regard observant Clarinha dont elle se questionna intérieurement de la présence à la suite du baron, manquant d’écouter plus attentivement le baron.

- Je vous demande pardon baron , vous dites ?

Dans l'esprit peut concentré sur ce qui serait sans doute une transaction la gitane entrevoyait robes et tenues en tout genre. Sans doute le baron avait il commande particulière a faire passer, cela ne serait pas étonnant. Mais nécessitait ce son intervention elle qui se faisait de moins en moins incontournable sur la gestion de l'atelier ?

_________________

En attente de la creation du Culte Attiléen !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [RP] Nativité et Sabotage Industriel.    Ven 6 Jan 2012 - 22:01

Haussant la voix, parce qu'à l'évidence, Dieu a des problèmes d'ouïe, l'Amahir répète, en substance.

Je dis que vous êtes merveilleuses et que je veux faire affaire avec vous !

Puis, prenant un air un peu plus sérieux.

Ma chère, nous avons toujours su négocier les causes les plus ardues, n'est-ce pas ? Aujourd'hui, je vous propose un marché, et je n'irais pas par quatre chemins. Je souhaite faire oeuvre de mécénat, et offrir à la Demoiselle ci-présente de travailler pour ma Maison.

Un geste évita, s'il fut nécessaire, à la Couturière en chef de parler, de bouger, de protester. Le brun continua.

Je suis prêt, si cela s'avère nécessaire, à en payer le prix ; mais je ne crois pas que vous soyez vendeuse d'esclave.

Dissuasion est un art.

Je puis vous verser une rente mensuelle sur une durée de deux ans. Cela vous conviendrait ? Oh, et parlant d'argent. Les Ambassades Royales souffrent d'une façade à moitié faite.

Ça, c'est une sorte de chantage.

Alors...quelle est votre offre ?
Revenir en haut Aller en bas
Attia.
Alter Ego de Dieu sur terre
avatar

Messages : 4868
Date d'inscription : 28/07/2009

MessageSujet: Re: [RP] Nativité et Sabotage Industriel.    Ven 6 Jan 2012 - 22:24

Quand on a en face de soi un diplomate qui vous gueule que vous êtes merveilleuse ça vous débouche les esgourdes.
C'est ainsi qu'Attia écoute un sourire disparaissant petit a petit derrière une façade moins enjouée plus concentrée. Ce n’était pas le type de transaction qu'elle imaginait.
Ses yeux sombres allèrent de l'Amahir a la lusitanienne, de la lusitanienne a l'Amahir. Ainsi c'était donc cela. Clarinha voulait partir ? Si elle avait eu a opposer un refus a l'orleannais elle ne serait pas ici. Aussi la Des Juli en déduisit que la jeune brune était par avance consentante.
Loin d'être idiote, la gitane s'adossa dans sa chaise observant le jeune baron.


- N'essayez pas de m'embrouiller Baron. Je ne gère pas les travaux de décoration, vous réglerez cela avec Elisabeth, je ne suis pas informée a ce sujet et il ne sert a rien que nous tergiversions.

ça c'est fait.

- Ensuite c'est vous qui parlez de payer alors que vous tentez sans scrupule aucun , et permettez moi de le dire avec une pointe d'égoïsme, d'ôter à l'atelier des doigts d'or une couturière des plus talentueuses, a la clientèle vaste et fidèle, tout en habillant la tentative sous l’égide du mécénat ? Sponsorisez donc l'atelier messire puisque vous souhaitez faire du bien a l'art.

Le regard passe a Clarinha. Comment est elle censée appréhender cette situation ? Elle se sentait quelque part lésée et un léger agacement naissait en elle.

- Nos artistes sont liés a l'atelier, s'il est des travaux que vous souhaitez faire réaliser nous nous sommes toujours mis a votre disposition et le ferons encore. Clarinha n'est pas à vendre, je suis navrée.

Elle marqua une pause. Il suffisait que Clarinha déclare son souhait de partir pour qu'elle perte tout crédit.

- Et quand bien meme il serait de la volonté de Clarinha de se mettre sous votre aile, pensez vous pouvoir compenser le dommage que cela représenterait pour l'atelier ?

Laissant de côté le baron, la des Juli attaque la brune colombe.

- Clarinha , est ce ton souhait ? Partir ? Nous quitter pour servir le baron plutot que les dizaines de nobles dames et sires qui se déplacent pour tes créations ?


_________________

En attente de la creation du Culte Attiléen !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [RP] Nativité et Sabotage Industriel.    Sam 14 Jan 2012 - 2:37

Il avait fallu du temps pour comprendre ce qu'ils disaient, pour comprendre ce qui relevait du langage de diplomate, et ce qui me concernait vraiment ; ce sur quoi j'aurais à m'exprimer. En vérité, Attia me facilita la tâche de la compréhension, par sa question qui synthétisait la circonstance... Elle me la facilita moins sur la réponse que je donnerais, tant les sous-entendus pesaient, dans sa question.
Il me fallait en sus répondre en français ; dignement, lentement, sans précipitation... Exercice périlleux.

Et en plus de répondre, il fallait que je répondisse le fond de ma pensée et de mon désir ; il fallait que je susse ce que je voulais vraiment. Le savais-je ? Je ne me l'étais pas même posé jusqu'à quelques minutes auparavant...
J'articulai chaque syllabe de ma réponse :


-"Moi aime och Doigts d'Our.
Mach ça não est ço que je rêvai, ça... Não est la mienne vie. Moi gagne beaucoup argent, dans l'atelièr, mach não ai o temps de dépenser-lhe. Não ai o temps da cochtoura para mim.

Eu...fus enfermée tambem, quand moi fus no bourdel. Eu não veut être encore enfermée. Moi veux dire não, moi veux voyager. O baron dit que moi trabalherai menoch, que moi serai protégée, payée, et souivant da Baronna... Para veser o moundo."


Bon, sur la fin, le portugais était revenu au galop ; mon français était si fragile, et la situation, si tendue que le naturel revenait, tout naturellement... au galop.
Revenir en haut Aller en bas
Attia.
Alter Ego de Dieu sur terre
avatar

Messages : 4868
Date d'inscription : 28/07/2009

MessageSujet: Re: [RP] Nativité et Sabotage Industriel.    Dim 15 Jan 2012 - 14:21

Tout en essayant de déchiffrer l'horrible dialecte de la lusitanienne Attia s'entoura la tête de ses mains, exprimant ainsi son agacement et sa déception.
De ce qu'elle avait compris, la jeune brune se plaignait du trop plein de travail, de l'enfermement, à croire que la gitane avait fait d'elle une esclave, une fille a tout faire, enfermée pour les besoins de l'atelier. Elle en ressentit une grande colère et son regard sombre lançait à présent des éclairs.
Dieu lui était témoins qu'elle n'avait jamais contraint personne et si elle n'avais pas été convaincue que la lusitanienne était parfaitement heureuse dans sa condition elle aurait très certainement réagi.
Elle avait honte, Clarinha donnait au Baron des armes et elle regretta a présent que le diplomate qui ne manquerait pas de sourire soit dans la pièce avec elle.

Son visage se ferma et elle détourna le regard, réfléchissant a ce qu'elle ferait. Clarinha avait voulu se montrer indispensable et à présent il fallait faire face à un départ inévitable...
Elle se mordit la lèvre en tirant la fragile peau tout en passant son regard de l'un a l'autre, elle était lasse et les mains nerveuses se posèrent a plat sur la table de travail.

Donnez leur la main, ils vous prennent le bras, pensa t'elle. Elle ne s'était jamais enfermée a l'atelier pour satisfaire la noblesse toujours plus avide. Elle avait une âme de voyageuse et pouvait aisément comprendre le besoin d'évasion, mais que la lusitanienne fasse passer ce besoin au profit d'un baron vaniteux soucieux d'offrir à son intrigante d'épouse l'exclusivité d'une couturière renommée, cela la dégoûtait légèrement.
Comment avait elle pu se tromper ? Elle qui était prête a offrir a la jeune femme la direction de l'atelier, tant elle était convaincue qu'elle aimait sa situation et son investissement dans l'atelier ?
Prenant une profonde respiration, la gitane plissa les yeux de dépit.


- Bien Clarinha. J'ai entendu.

Que lui dire de plus qui ne fut pas volontairement méchant ? Elle n'était plus la jeune fille a la grande gueule d'antan, mais a présent une mère, et il y avait le baron, baron auquel elle revint en toute indifférence, posant sa main sur son jupon dont elle lissa les plis. Si elle devait se venger, ce serait le baron qui en paierait le prix, il fallait qu'il regrette son "achat".

- N'allez pas croire Baron que nous esclavagisons notre personnel, voyez vous, Clarinha déborde de zèle et jusqu'à aujourd'hui j’étais convaincue qu'en cela résidait son plus grand plaisir. Quelle déconvenue ? ne trouvez vous pas ? Avec le statut qu'elle a acquis elle aurait aisément pu s'offrir un congé sabbatique, mais voyez comme elle aime à s'asservir, n'est ce pas admirable ?

Il y avait dans les mots un cynisme mélodieux accentué d'un regard blasé et d'un sourire plus dépité qu'amusé.

- Un congé aurait été légitime et accepté sans conditions, un nouvel emploi l'est moins au regard de la rentabilité de l'investissement que nous avons fait en elle, car ne croyez pas que le talent fait tout monsieur sans parler du manque à gagner considérable que cela représente a terme ... Il va vous falloir exprimer que quelle manière vous songez a nous dédommager... en termes concrets.

A plus de 3 robes par jour, vendue en moyenne 600 écus l'unité , le baron pouvait sortir le boulier.

Alouette gentille alouette, alouette je te plumerai...

Elle regretta que le faciès ingrat du Sévère ne soit pas dans son dos à l'instant pour la soutenir face au baron.
Son regard passa de Keridil à Clarinha.

Je te plumerai le ailes, je te plumerai la queue, et les ailes et la queue, alouettes.





_________________

En attente de la creation du Culte Attiléen !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [RP] Nativité et Sabotage Industriel.    

Revenir en haut Aller en bas
 
[RP] Nativité et Sabotage Industriel.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Doigts d'Or :: [RP] Atelier, Saint Germain des Champs, Bourgogne :: Archives-
Sauter vers: