Les Doigts d'Or
Bonjour Cher Client ou cher Futur Client!

Passez notre porte et participez dès à présent à nos activités créatrices!
<b>
Vous pouvez postuler et rejoindre notre équipe de banniéristes et couturiers!</b>

Vous pouvez aussi tout simplement vous promener dans nos belles galeries et participer à la vie de l'atelier!

Alors n'hésitez plus et poussez notre porte!

Les Doigts d'Or

Attention ! Ne pas prendre d'images de ce forum sans la permission des créateurs
 
AccueilFAQRechercherGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La rousse qui revient dans les locaux

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
ode_
Intendante Couture


Messages : 273
Date d'inscription : 31/01/2012

MessageSujet: La rousse qui revient dans les locaux   Jeu 6 Déc 2012 - 17:21

Un siècle qu'elle n'avait pas franchit le sol net de l'atelier. Un siècle qu'elle suivait de loin ce qui se passait les nouvelles recrues et tout le reste sans voir les têtes. D'ailleurs seule dans sa succursale, comptant les meubles, les catalogues et faisant plus la poussière qu'accueillir les clientes et bien il fallait le dire la "vie" lui manquait. Qu'importe que les clientes soient casse pied, exigentes, ou farfelues elles lui manquaient tout simplement. Alors pour l'occasion d'un baptême sémurois elle n'avait pas raté l'occasion de revenir en ces lieux. Passant d'abord par le salon principal elle vit les clientes s'affairer aux fameux cadeaux de l'avant. Riche idée qu'elle suivait de loin. Un sourire naquit sur son jeune minois lorsqu'elle vit les boules joliment faite gardant un mystère total de la surprise du jour.

Puis elle passa par les coulisses, regardant le remue ménage incessant entre les hôtesses qui livraient les commandes, Elisabeth qui ordonnait le tout, les idées qui fusaient sur le panneaux dédié à cela et les dates de réunions pour organiser les divers évènements. Les bras croisées adossée contre un pilier, la rouquine fatiguait déjà à la vision de tout ceci. Presque envieuse elle aurait donné un coup de main mais de peur de faire tâche elle se retira. Dans les diverses salles de commandes, là aussi la clientèle ne diminuaient pas. Enorme contraste avec la succursale parisienne. C'était à se demander si finalement paris n'effrayait pas les gens.

Perdu dans cette réflexion elle longea les galeries admirant les tenues étendue sur des mannequins ou bien dessinées sur des livres. Il y avait de la nouveauté et c'était époustouflant. Bellabs se prit à flâner davantage sur la galerie d'Attia. Détaillant chaque tenues avec envie et chaque créations unique en son genre. Elle passa une main sur le dessin comme si elle pouvait toucher le tissu et ferma les yeux un instant...
Revenir en haut Aller en bas
Attia.
Alter Ego de Dieu sur terre
avatar

Messages : 4870
Date d'inscription : 28/07/2009

MessageSujet: Re: La rousse qui revient dans les locaux   Lun 10 Déc 2012 - 0:40

- Quelque chose qui vous plaise ?

Accoudée a un mur, dans une robe d'un rouge sang, le regard sombre de la Di Juli observait silencieusement la jeune femme.
Un sourire éclairait le visage latin aux pommettes hautes.
Elle souriait car elle reconnaissait la longue chevelure, le visage fin et beau.
Elle connaissait la jeune femme, elle lui avait joué un jour un mauvais tour en se faisant passer pour une cliente a la succursale Parisienne.

Quittant le pan de mur elle fit quelques pas, se rapprochant de son interlocutrice.


- C'est un long chemin que celui de Paris à la bourgogne...

Peut etre pas si long que ça. D'expérience,elle le connaissait ce chemin, le pratiquait souvent.
Et en bonne patronne, elle ne put s'empecher de se demander qui pouvait bien tenir la succursale quand sa responsable se trouvait la en chair et en os a l'atelier des Doigts d'or.

Elle n'en dit rien, elle gardait un sourire mi enigmatique mi amusée et pencha la tete a son tour au dessus du catalogue, faisant mine d'observer les modèles qui y étaient décrits.

_________________

En attente de la creation du Culte Attiléen !
Revenir en haut Aller en bas
ode_
Intendante Couture


Messages : 273
Date d'inscription : 31/01/2012

MessageSujet: Re: La rousse qui revient dans les locaux   Lun 10 Déc 2012 - 22:20

Une voix retentit derrière son épaule, elle la reconnu à peine ayant rencontré Attia une fois lors d'un tour de passe passe. Sa tête se retourne vers la voix et à ce moment là la stupéfaction s'empara de la rouquine. Bella s'inclina dans une gracieuse révérence transit par l'émotion de revoir Dieu si proche d'elle.

Oh dame Attia... enfin Dieu je veux dire. Quel plaisir de vous revoir. Tout me plait!


Un magnifique sourire d'une sincérité inégalable vint délicatement se déposé sur le minois mi-femme mi-enfantin de la rouquine.


Comment allez vous? Permettez moi de vous dire que vos tenues sont juste....

Et la demoiselle reste sans voix ne trouvant aucun mot. Ses yeux parlaient à la place de sa bouche qui ne trouvait visiblement aucun vocabulaire assez convenable à la beauté des robes.

Enfin vous voyez il n'y a pas de mot mais vous devez être habitué.

Le chemin lui paraissait dérisoire bien qu'en effet il était long.

Le trajet n'a pas été trop long et je repart déjà demain. Ce n'est qu'une halte en bourgogne pour un baptême. Et j'aime bien voir ici les nouveautés.

Bella regardais Attia, quelque part elle lui faisait penser à sa vrai mère aux origines espagnoles et au caractère bien trempée. Morte trop jeune, elle retrouvait dans les traits de visages et les attitudes de la gitane un côté familier qui lui faisait naître tendresse, sympathie et même trouble. Confuse mais plus que jamais heureuse d'être là devant la GRANDE Attia. Le fait de se retrouver devant les tenues et sa conceptrice à coté crée une émotion toute particulière, elle en avait les larmes aux yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Attia.
Alter Ego de Dieu sur terre
avatar

Messages : 4870
Date d'inscription : 28/07/2009

MessageSujet: Re: La rousse qui revient dans les locaux   Lun 17 Déc 2012 - 22:12

La gitane avait souri.
Elle s'était habituée au surnom de Dieu et si cela flattait son égo, ça l'amusait aussi follement de voir comment elle avait su s'imposer presque naturellement.
Il y avait dans son parcours quelque chose de grisant, comme s'il lui avait fallu se chercher longtemps pour enfin se trouver. Elle n'aurait jamais soupçonné bien des années avant que du bout de ses doigts pouvait s'ouvrir un monde aussi riche et surtout un avenir aussi brillant.

Elle regarda la rousse et s'avança.


- Je me porte a merveille Bella... Et merci, les compliments ont toujours la force des premieres fois. Est il possible un jour de s'en griser ? Je ne pense pas.

Elle porta le doigts au catalogue toujours dans la main de la jeune femme et caressa doucement la page.

- Vous repartez déja demain ? Voila qui est dommage, nous nous voyons si peu...

Elle avait un brin de nostalgie dans la voix. Elle ne connaissait pas la rousse au dela de son prénom et de son rôle dans la grande famille que formaient les doigts d'Or, mais elle ressentait un attachement naturel pour tous les membres de ladite famille .

- Il nous faut passer un peu de temps ensemble. Nous ne nous connaissons pas vraiment... Oh vous n'êtes pas la seule, avec mes absences il y a certaines recrues que je ne connais pas bien. Il me faudrait m'arrêter de courir un peu !

Elle abandonna un léger rire.

- Laissez cela ! Restez avec moi! Ya t'il quelque chose que vous souhaiteriez faire ? voir ? Oh et il faut que vous me parliez de vous ! Je veux tout savoir.

Le comble d'une couturière est d'avoir la bouche cousue ? Cela tombe bien, ce n'était en rien le cas de la Di Juli qui soudain avait retrouvé la loquacité des enfants impatients.

(

_________________

En attente de la creation du Culte Attiléen !
Revenir en haut Aller en bas
ode_
Intendante Couture


Messages : 273
Date d'inscription : 31/01/2012

MessageSujet: Re: La rousse qui revient dans les locaux   Mer 19 Déc 2012 - 17:22

La rouquine scrutait les faits et gestes d'Attia, cette femme si impressionnante par sa réputation semblait si proche à cet instant précis. Troublante sensation mais fort agréable à n'en point douter. Bella sourit à la réaction de Dieu devant son compliment sur ses tenues. Elle se demandait vraiment si chaque compliment n'avait pas un gout de déjà. Elle s'imaginait que c'était comme un homme qui la courtiserait, elle ne s'en lasserait pas pour autant elle se savait déjà jolie.

Une pointe de nostalgie se fit sentir dans la voix de la gitane quand elle su que la rouquine partait le lendemain. Ce qui intrigua le jeune fille. Un doux regard se posa sur Attia. De la gentillesse gratuite dans ce monde c'était rare et venant de personne aussi mondaine que Dieu c'était une réelle surprise.


Vous savez si vous courrez partout c'est un mal pour un bien. Si tout le monde courraient partout tout le monde aurait peut être votre niveau. Il faut que je me mette à en faire autant.

Elle se surprit d'un léger rire. Elle qui avait tenter de coudre une robe et n'avait réussi qu'a faire un grossier déguisement qu'elle n'oserait présenter à la plus horrible personne. La demoiselle referma doucement le catalogue, obéissant avec plaisir à Attia et réfléchit un instant à la proposition de celle-ci. Voir quelque chose? Oh et bien elle connaissait pas bien les locaux elle ne savait pas trop par ou commencer.


Eh bien je vous avoue Dieu, que j'aimerai beaucoup voir l'endroit qui vous inspire le plus, ou bien l'endroit que vous aimez le plus.

Elle adressa un sourire sincère et tendre à la brune.

Eh bien je vous parlerez de vous si vous le souhaitez mais j'espère que vous me ferez l'immense plaisir de me parlez de vous.... Vous me faites penser à ma mère.

Après un cour moment de silence la rouquine demanda à la jolie couturière, tout en la suivant arpentant les couloirs des DO:

Par où voulez vous commencer?
Revenir en haut Aller en bas
Attia.
Alter Ego de Dieu sur terre
avatar

Messages : 4870
Date d'inscription : 28/07/2009

MessageSujet: Re: La rousse qui revient dans les locaux   Mar 15 Jan 2013 - 2:00

Le sourire n'avait pas quitté les levres de la Di Juli.
Il est vrai que le monde de la couture avait beaucoup évolué et elle aimait l'idée d'être quelque part un modèle.
Elle même n'était devenue ce qu'elle était que par la force de son désir de faire autant que ses modèles de l'époque, Alatariel du bois Doré, Marymétal , toutes deux de l'atelier DECO, toutes deux qu'elle considérait avoir supplanté, perchée sur les tours de sa mégalomanie.
Il n'y avait plus au dessus de l'égo de la Juli rien, rien qu'une perfection à atteindre, toujours plus.

Se faire appeler Dieu aussi naturellement que le fit Bellabs fit rire la Gitane. Puis il fallait trouver l'endroit qui l'inspirait le plus...
Elle sourit et saisit instinctivement la main de la jeune rousse.


- Je ne puise pas mon inspiration d'un lieu en particulier Bella... J'aime coudre dans mon alcove, mais j'ai cousu partout ou j'ai pu, sur les routes, dans des maisons de fortune, dans des auberges, ici, en bourgogne, en bretagne, dans le sud... partout.

Elle prit une inspiration tout en poursuivant son chemin a travers le couloir des galeries.

- Mon inspiration je la tire de ceux que j'aime. Je coud pour moi, mais aussi pour mes proches, pour nous permettre de vivre convenablement, et j'en tire une satisfaction extrême.

Ils atteignirent la salle de travail commune. Certes les artistes avaient chacun leur espace, leur galerie, leur coin privé, mais il y avait aussi cette salle ou tous pouvaient travailler les uns aupres des autres, les tables se tenaient l'une à coté de l'autre. Les tissus et autres accessoires garnissaient les plan de travail, des coussins étaient posés ça et la sur les sièges et les tabourets, et une grande fenêtre laissait la pièce éclairée de lumière.

Elle fit signe a Bellabs d'entrer dans le saint des saints ou n'étaient autorisés que les artistes et artisans. Dans fond de la pièce, des mannequins habillés des tenues commandés et en attente d'etre livrées se tenaient, portant tous un petit mot pour que les hotesses d'accueil sachent à qui appartiennent les tenues...

Le coeur de l'atelier des doigts d'or était ainsi révélé a la jeune fille.
Attia sourit et s'installa sur l'un des tabourets les yeux rivés a la rousse.


- J'ai passé ici de longues heures à coudre. Au départ il n'y avait que moi ici, et parfois Jenah... Ensuite d'autres sont arrivées, ont évolué, sont parties, sont restées...

Elle tira une pièce de tissu sur la table.

- C'est une pièce calme et tranquille. J'aime la lumière qui l'innonde, et quand j'y vois les apprentis travailler en discutant gaiement, en se prenant conseil les uns aupres des autres, c'est pour moi un accomplissement. Oui...

Elle sourit.

- C'est ma partie préférée de l'atelier.

Elle indiqua a Bellabs un autre tabouret.

- Asseyez vous et essayez de vous mettre dans la peau d'une couturière. Voyez ce tissu... les ciseaux, les aiguilles, les rubans, il y a dans cette pièce quelque chose de perpétuel. Une trace de passage, permanente. Cette pièce vit Bella, c'est le coeur des Doigts d'Or, ce renouveau permanent, qui n'est influencé que par la pure création, le talent, l'inspiration... Qui ne depend ni de moi, ni de quiconque, qui se satisfait des âmes désireuses de sublimer leur art...

Elle détourna le regard un moment perdue dans son appréciation, comme si elle réalisait ses propres mots.

- Parlez moi de vous. Qui êtes vous Bella ?

_________________

En attente de la creation du Culte Attiléen !
Revenir en haut Aller en bas
ode_
Intendante Couture


Messages : 273
Date d'inscription : 31/01/2012

MessageSujet: Re: La rousse qui revient dans les locaux   Ven 1 Mar 2013 - 19:59

Elles étaient là, presque inconnues l'une à l'autre partageant une émotion particulière. Bella buvait les paroles du maitre, découvrant comme un trésor caché que les enfants aiment tant, et dont le regard s'illumine d'un émoi si précieux. Les yeux méditerranéens de la rouquine se posent de toute part dans le saint des saint de l'atelier, scrutant par moment encore le visage chargé d'émotion d'Attia. Elle lui faisait penser à sa mère et un peu à elle-même. Ce côté rebelle à souhait, libre aussi de tout. Ses paroles portaient sur ce ressentis ce partage de la couture, chose dont Bella était tombée amoureuse presque autant que l'on tombe amoureux d'un homme, et chose que son corps lui refusait de faire. Elle n'était pas douée, pas patiente et jamais satisfaite.

Un soupire de déception s'échappa alors qu'elle se peignait intérieurement le tableau décrit par la belle gitane. Jamais elle ne pourrait réaliser ce dont elle avait en tête, jamais elle ne pourrait afficher avec fierté une de SES créations parce qu'elle s'y était attelée et parce que cela n'avait absolument rien donné. C'est ce qui rendait la couture encore plus belle, le fait qu'elle ne soit pas à la portée de tous. Finalement comme si elle était un don que les personnes avaient ou pas. Bella n'avait pas ce don et cela la frustrait à un point que parfois elle s'interdisait d'aller regarder les tenues pour ne point souffrir de sa déception d'elle-même.


Je veux bien vous croire...

C'était tout ce qu'elle pouvait alors sortir, le coeur chargé d'émotions. Bien sur qu'elle se mettait à la place des couturières, et ce n'était pas la première fois qu'elle s'imaginait réaliser des tenues sublimes. Mais au lieu que cette pensée soit agréable elle en devenait poignante. Comme une pique que l'on enfonce dans le coeur de la donzelle. Ceci explique pourquoi Bella a un immense respect pour ces créatures qui savent manier ciseaux, fil et aiguilles à la perfection. Elle les admire tout simplement.

Attia changea brusquement de sujet pour demander à la demoiselle de parler d'elle. Juste après avoir montrer à quel point cette vie là était bien plus passionnante que toute autre. Du moins c'est ce que pensait Bella. Elle marqua donc un temps de silence, ne cherchant pas à masque son désarroi. La jeune fille était de toute façon un livre ouvert, son visage transpirait l'émotion que son coeur lui lançait aux cerveau faisant parfois vibrer ses tempes. Colère, tristesse, joies, nostalgie, envie, jalousie, mépris.... tout se lisait elle ne pouvait rien cacher. Elle se trouvait bien nulle face à Attia et parler d'elle relevait presque de l'impossible.

Vous parler de moi?...Aheum..... Ce serait bien ennuyeux vous savez....

Il est vrai que cela pouvait être ennuyeux bien que sa vie ait été mouvementé d'inombrable rebondissements et d'aventures. Et bien qu'elle se voyait bien en dessous de ces couturières et qu'elle haïssait ses doigts bien loin d'être en or elle était fière de son parcours. Parce qu'elle revenait de loin très loin.


C'est long si je dois parler de moi. Mais je suis Bella Baldéras de Villaréal, fille adoptive de Ledzeppelin comtesse illustre de provence. Je suis également folle amoureuse du baron d'aupic. Je suis native de Draguignan une ville disparu de Provence, et j'ai eu quelques mésaventures qui m'ont conduit à aménager à Fribourg. Je ne sais pas pourquoi cette ville... d'ailleurs je ne m'y suis pas plus et je ne suis pas restée. Me voilà désormais à Valence ou j'y construit une demeure. Vous y êtes naturellement la bienvenue avec votre famille.

Un regard vers Attia pour voir si elle ne s'endormait pas encore et puis elle se tut. C'était un bon résumé actuel de la situation et si dieu désirait en savoir plus elle lui poserait des questions. A son tour la rouquine voulait en savoir plus derrière cette femme idéalisée par tous et craints également de beaucoup. Sa spontanéité remporta sur sa réfléxion:


Et vous Attia, qui êtes vous? Mis à part Dieu et l'une des couturières la plus renommée de tout les royaumes?!
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La rousse qui revient dans les locaux   

Revenir en haut Aller en bas
 
La rousse qui revient dans les locaux
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Doigts d'Or :: [RP] Atelier, Saint Germain des Champs, Bourgogne :: Archives-
Sauter vers: